Anonymous corrompu : des centaines d'adresses IP publiées

Publié le par Philippe

Société 2.0 -

Les Anonymous ne pourront plus donner de leçon de confidentialité. Un opérateur du canal IRC sur lequel les sympathisants du mouvement Anonymous se coordonnaient a décidé d'attaquer les serveurs et de publier les adresses IP de centaines d'internautes s'étant connectés aux canaux de discussions de la communauté. Une traitrise qui pourrait coûter cher à leur crédibilité.

Dans un communiqué, des Anonymous regroupés sous la bannière AnonOps indiquaient ce matin que le réseau IRC par lequel ils ont l'habitude de discuter et de coordonner leurs actions a été compromis. C'est un ancien sympathisant et opérateur du canal IRC employé par les Anonymous qui aurait lancé une attaque grâce au bot "Zalgo" et organisé ce que le mouvement appelle "un coup d'état organisé". Celui qui se fait appeler "Ryan" sur le réseau aurait obtenu les adresses IP et les mots de passe des serveurs, et lancé des attaques DDOS. Il aurait pris le contrôle des sites AnonOps.ru et AnonOps.net utilisés par les Anonymous, qui ne garantissent plus leur anonymat. Au contraire.

Sur ces sites, selon nos constatations, des centaines de noms d'utilisateurs et d'adresses IP qui se sont connectés aux canaux IRC attaqués sont aujourd'hui listés sous un titre évocateur ("LOL AnonOps Dead"), accompagnées du nom du leur serveur DSLAM auxquels ils sont rattachés, parfois en France. De quoi permettre éventuellement aux polices de ces pays de recueillir facilement les informations auprès des fournisseurs d'accès à Internet. Dans une réponse au député Lionel Tardy, le gouvernement indiquait la semaine dernière que 10 605 demandes de communications de factures détaillées avaient été adressées aux opérateurs par les services des douanes, sans contrôle judiciaire.

Les motivations de l'Anonymous qui a hacké les siens sont floues. "Il a décidé qu'il n'aimait pas la structure de commande sans leader qu'empoient les administrateurs du réseau AnonOps", explique simplement le communiqué du mouvement. Il conseille d'employer les services du site AnonOps.in, qui lui n'a pas été corrompu.

"Nous sommes profondément désolés pour ce drame", écrivent-ils.

Article diffusé sous licence Creative Common by-nc-nd 2.0, écrit par Guillaume Champeau pour Numerama.com

Publié dans Culture

Commenter cet article

mamalilou 12/05/2011 18:19



des demandes sans contrôle judiciaire... ouaip...


vu le nombre de plaignants pour cet interventionnisme des douanes sans légitimation, ça risque pas d'aller loin...


la précipitation en matière de justice, ça ne paie pas...


et pendant ce temps là, d'autres structures hautement nuisibles continuent tranquille up... c'est quand que "les services des douanes" et autres pépères-au-ralenti s'investissent dans
l'infiltration pour en faire autant?... hm?!


 


décidément... ça glane jamais où il faut...


mais bon, ça fera date, une expérience à ne pas renouveler... et ça vaut pour nombre de structures... y compris bien sûr parmis certains services de l'etat...


pas une mince affaire que la confidentialité... ne pas oublier la mobilité de connection...



Philippe 17/05/2011 21:03



faut tout faire péter !



Le Mousquetaire des Mots 11/05/2011 07:38



Levée de l'anonymat donc. Pas franchement chouette. Et si effectivement cela permet de dépister quelques personnes sans avoir à trop chercher, c'est plutôt
mal parti. Surtout si certains d'entre eux ont quelques petties choses à se reprocher.



Philippe 17/05/2011 21:04



ils sont de moins en moins credibles !