Disney sous l’oeil du gendarme de l’audiovisuel

Publié le par Technofil

Le gendarme de l’audiovisuel (CSA) serait tenter de faire contribuer le groupe américain Disney au financement de la création française et, surtout, de le soumettre à des quotas de diffusion. Le régulateur scrute de près les services de téléchargement Disneytek et ABCtek lancés depuis quelques mois sur la Freebox (chaînes 28 et 45) du fournisseur d’accès à Internet (FAI) Free et devraient arriver prochainement chez les autres FAI.

 

Disney propose non seulement d’acquérir des épisodes de séries télévisées ou des films (en remplacement du DVD physique) mais aussi de les stocker à distance et de pouvoir les visionner à la demande sur différents types d’appareils connectés (tablettes, PC, consoles de jeux…).  Le CSA estime que ce type d’offre pourrait entrer dans la catégorie des services multimédias à la demande (SMAD),  soumis à des taxes et des quotas depuis un décret publié fin 2010.

 

 

En effet, dans ce cadre, la loi prévoit une participation financière des plateformes obligatoire  et progressive sur 3 ans.  Les services à la demande doivent investir une part de leurs revenus dans  le développement de la production d’œuvres européennes et dans celui de la production d’œuvres d’expression originale française. Ce financement ne prend effet que lorsque le chiffre d’affaires annuel net générés par les services multimédias est supérieur à 10 millions d’euros. Disney a donc un peu de temps devant lui.

 

Publié dans Réflexion

Commenter cet article

:0014: ♥ dom ♥ 01/11/2011 08:32



Merci de ton inscription à ma communauté et bienvenue chez dom "Encore plus d'humour".
Bonne journée ! Amicalement.

dom
 



Technofil 01/11/2011 16:45



Merci à toi ;)