La bulle immobilière va-t-elle éclater?

Publié le par Philippe

 Par Alexia Eychenne et Anne-Sophie Warmont - publié le 29/04/2011 à 14:05

Si les prix continuent d'exploser à Paris, une légère baisse s'observe en province tandis que la demande de crédits immobiliers recule nettement. Le début d'un retournement du marché ? Les réponses des notaires et autres acteurs de l'immobilier.

Reuters/Kevin Coombs

Après avoir atteint des niveaux record fin 2010, la hausse des prix de l'immobilier semble marquer le pas. A peine un mois après les premiers constats des réseaux d'agences, Fnaim et Century 21 en tête, les notaires revoient leurs prévisions à la baisse. La hausse moyenne en 2011 ne devrait pas dépasser 3%, ce qui était encore un minimum dans leurs prévisions de janvier.

 

Quelques marchés continuent de tirer les prix. A commencer par Paris, aux hausses toujours vertigineuses. La ville a vu ses prix bondir de 18,7% entre décembre et février, comparé à la même période un an plus tôt. Le cap des 8000 euros le m2 pourrait être franchi au mois de juin. L'Ile-de-France enregistre aussi une hausse de 12,8%.

 

http://lexpansion.lexpress.fr/economie/la-bulle-immobiliere-va-t-elle-eclater_254583.html

Publié dans Economie

Commenter cet article

Le Mousquetaire des Mots 17/05/2011 21:57



Effectivement, si on song à la retraite, mieux vaut être locataire. A condition d'avoir une retraite qui permette de supporter les charges inhérentes à la
copropriété. Et quand on connaît ce que sont ces charges, il y a de quoi hésiter, non ?



Philippe 29/05/2011 08:24



je pense l'inverse.


Le pouvoir essaie de se débarrasser du probleme ...


 



Le Mousquetaire des Mots 11/05/2011 07:35



Oui. Il suffit de rester locataire.



Philippe 17/05/2011 20:57



et arriver à la retraite sans avoir à se loger ?



Le Mousquetaire des Mots 01/05/2011 23:34



Le jour où la spéculation cessera sera à marquer d'une pierre blanche : tout est devenu hors de prix. mais si les gens sont assez bêtes de plonger dans les
pièges tendus par les marchands de bien, ma foi, c'est qu'ils ont oublié de réfléchir avant d'investir dans la pierre à des prix hors de prix, disporportionnés et outranciers que rien ne
justifiera jamais.



Philippe 09/05/2011 23:28



peut-on faire autrement ?